Posts Tagged "chef-d’oeuvre"

Les textes que vous auriez aimé écrire

»Posted on 15 octobre 2011

 Et si vous aviez eu, en plus, le talent de l’écriture ?

Quels sont les deux textes, parmi cette liste, dont vous auriez souhaité être l’auteur ?

read more

MAJIPOOR

»Posted on 10 juin 2011

Jouvray / Ratte (Soleil 2009)

Sur la route, avec le Seigneur des Rêves

Sur la route, en compagnie de Valentin, jongleur amnésique, recueilli par une troupe de troubadours. Ensemble, pendant que Valentin recouvre ses souvenirs,  ils vivent des aventures

read more

L’ESSENCE DE L’ART

»Posted on 13 janvier 2011

Iain M. Banks (1991) - Le Bélial

Mon Impuissance Face à Ta Beauté

(ou Propos d’Imbécile Heureux*)

Alerte, les dandys de l’espace débarquent sur Terre ! En 1977 en plus ! Quand les Agents de la Culture nous observent, ils ne sont pas loin d’être dégoûtés.

Drôle et poignante, l’une des plus belles nouvelles de la science-fiction…

La Culture est l’un des grands cycles de la science-fiction. Sans doute le plus ambitieux, par son propos, son humour et son fond politique. Avec la Culture l’écossais Iain M. Banks a inventé avec  la civilisation ultime, quasi divine, avec un statut que nous autres, malheureux humains, convoiteront à jamais, en vain !

read more

GRENDEL

»Posted on 8 janvier 2011

John Gardner (1971) - Denoël-Lune d’Encre

La triste rage du Mal

Grendel est un monstre terriblement malheureux.  Sa vie est une farce tragique. Il en souffre et les hommes en pâtissent.

Pauvre Grendel : conscient de sa condition, lucide sur le sens de la vie, il n’a pas l’heur de se bercer d’illusion, comme ces Hommes du Nord qu’il espionne, qu’il terrorise et qu’il massacre. Bête immonde, il vit près de sa puante et décervelée mère, au plus profond de cavernes obscures (on y accède par les tréfonds d’un lac aux serpents de feu, c’est dire) et se frotte au monde dès qu’il en a l’occasion.

read more

LA ROUTE

»Posted on 2 décembre 2010

Cormac Mc Carthy (éditions de L’Olivier) prix Pulitzer 2007

Clochards sur une Terre de cendres.

Longtemps après une catastrophe planétaire, un enfant et son père erre dans les terres dévastées des Etats-Unis : ils n’ont plus rien, même pas de nom.


La fin du monde avec les cinéastes américains, c’est palpitant, c’est impressionnant d’effets spéciaux… et ça nous fait rigoler, presque rêver (oui, on se met à la place du héros qui en général a une super nana dans les bras ! Et puis ces fins du monde sont souvent positives, sonnant plutôt comme

read more