Comment le coeur artificiel s'est mis à battre - Fixxions.fr | Fixxions.fr

Comment le coeur artificiel s’est mis à battre

» Posted on 1 janvier 2014 in Médecine

Sciencesetavenir.fr

Le premier coeur artificiel a été implanté chez l’homme mercredi 18 décembre à l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris. L’aboutissement de 25 ans d’une aventure industrielle et scientifique.

Pour la première fois au monde, un coeur artificiel a été implanté mercredi 18 décembre chez l’homme. L’intervention a eu lieu à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris, sur un patient souffrant d’insuffisance cardiaque terminale. »Cette première implantation s’est déroulée de façon satisfaisante (…), a annoncé vendredi la société française Carmat, qui a conçu le coeur, mis au point par le chirurgien Alain Carpentier. Retour sur 25 ans d’une incroyable épopée industrielle et scientifique.

(Article publié dans « le Nouvel Observateur » du 30 mai 2013)

 

Zoé a été endormie au lever du soleil. Elle est allongée dans l’immense bloc opératoire de recherche de l’Hôpital européen Georges-Pompidou qui, au 6e étage, domine tout Paris. Derrière les baies vitrées, la tour Eiffel émerge des brumes matinales. Peu à peu se répand une douce odeur de chair grillée, mais Zoé, branchée sous circulation extracorporelle, continue de respirer paisiblement, tandis que s’affairent autour d’elle une quinzaine de blouses bleues, anesthésistes-réanimateurs, panseuses, ingénieurs, biologistes.

Les bouches sont muselées par les masques, les regards ultraconcentrés. Sous le Scialytique, depuis plus de quatre heures, deux chirurgiens font de la haute couture : « Dernière ligne droite, on va retirer le coeur », préviennent-ils. Un troisième opérateur alors les rejoint. Un petit monsieur sec aux yeux perçants qui, par sa seule présence, dissipe tous les murmures.

L’objet pourrait sortir d’un Apple Store

Le professeur Carpentier s’avance d’un pas d’empereur. Lui qui n’opère plus depuis quelques années a réenfilé son pyjama de bloc afin de mettre en place celui auquel il a consacré quarante ans de sa vie, l’engin susceptible d’éviter les transplantations et de redonner espoir aux malades en insuffisance cardiaque sévère : le cœur artificiel. Il le tient haut entre ses mains, comme un Graal. L’objet en plastique blanc, bijou de design et d’électronique, riche d’une centaine de pièces, pourrait sortir d’un Apple Store.

Il est le pari de cet homme suffisamment génial et mégalomane pour imaginer pouvoir

 

A SUIVRE

Share

Articles relatifs

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>