LE HAUT LIEU ET AUTRES ESPACES INHABITABLES

» Posted on 16 mars 2011 in Nouvelles

Serge Lehman (2008 – Denoël)

De très haut vol

Fantastiques, métaphysiques, les nouvelles de Serge Lehman, emmènent très loin, très haut. Un peu trop ?

Serge Lehman, c’est le premier auteur qui m’a ancré dans une « conscience politique ». C’était avec F.A.U.ST. Et il mettait en scène la Terre, finalement privé d’espace public, une planète aux mains des grandes entreprises. Et où les résistants défendent l’idée d’états. Plus tard, son space opera, Aucune étoile aussi lointaine m’avait bien bien estomaqué. Et encore plus tard, la Brigade Chimérique m’a carrément enflammé.

Là… je reste en demie-teinte. La première nouvelle de ce recueil, qui enferme le lecteur avec les deux héros dans un appartement parisien de luxe, est magnifique. Un modèle de fantastique et de terreur, du pur Matheson, un quasi épisode de la 4ème dimension ! Et puis, et puis, d’histoires en histoire, j’ai perdu le fil : Lehman va trop loin, et je n’ai pu saisir que quelques instants par ci ou l’idée générale par là : un homme qui en mourant devient le dieu dans un multivers, tout en habitant dans le cerveau d’un rat… Un autre qui entre en réification, transformé en milliers de pages, tout ce qu’il a lu au cours de sa vie, et dont on finit par extraire, LE livre, celui qui dormait au fond de son inconscient, et qui peut faire avancer l’Homme… et la superscience qui… euh, ah bin zut je ne me souviens même plus ce qu’elle fait cette superscience qui conserve et réadapte les chefs d’oeuvre de notre réalité…

Jusqu’au bout de l’idée la plus folle

Lehman me fait penser à un équilibriste. Il va chercher des idées très très pointues, et les pousse avec des concepts complètement fous, très loin. Ils ne tiennent qu’à un fil, mais il s’y tient. Brillamment je le pense. Mais je n’ai pu qu’apercevoir de très loin, la finalité de ce qu’il raconte. Je n’ai pas toujours réussi à marcher le long de ces fils métaphysiques. C’est dommage parce que l’écriture de Lehman tient le lecteur (largué, j’ai pourtant été au bout de ce recueil). En quelques mots sobres qui fulgurent, il sait poser les moments forts des gens, les choses de la vie quotidienne, autant que les étrangetés de ses univers décalés. J’aimerai vraiment lire à nouveau Serge Lehman, dans une histoire qui serait politique, et qui serait terre à terre. Et qui m’emmènerait au bout de l’univers !


Tags: , ,

Articles relatifs

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>